Atelier d’écriture – Le Peseur d’or et sa femme

Image

            Quentin Metsys, Le Peseur d’or et sa femme, 1514. Musée du Louvre

***

De riches objets abandonnés aux vieux papiers
Un grimoire fermé depuis longtemps
Une décoration sans nom pend à un clou
Un porte-feuille écorné qui craque
Une orange mûre, déjà brunissante, bientôt asséchée
Carafe de verre vide où se meurt discrètement le jour, anamorphosé.

Une balance répudiée se morfond
Une bougie éteinte à moitié consumée ne lui répond pas
Un calice de cristal coiffé d’orfèvrerie, aussi vide que la carafe.

Derrière la porte, c’est le murmure des ragots.

Un homme

Une femme

Un homme, manteau bleu usé tirant sur l’indéfinissable
Manchettes en vison pelé découturé, défroque fatiguée
Cadeau d’une femme que l’on ne regarde plus, que l’on ne voit plus.

On regarde l’or et les perles, on soupèse, on comptabilise
Coude assuré sur la table
Concentration machinale.

Une pièce d’or grisée ici.
Petits pesons là.
Le tas des écus attend son tour
Patience des objets.

Une femme, coiffe mal épinglée,
Eteignoir d’un visage alourdi de routine.
On ne cherche plus à se plaire.
Rêverie détournée de la parole sacrée, que l’on ne lisait pas de toute manière.

On regarde la richessse.
Pour ce qu’elle est.
Sans espérance d’en plus rien faire un jour.

Et un miroir, détourné des époux érodés.
Echappée de lumière sur l’église
Image convexe, ventrue, grosse du salut à venir pour ceux qui veulent bien voir.

Mais l’or a absorbé leur substance
Ils ne veulent plus voir
Is ne veulent plus regarder.
Ils se sont desséchés.

Atelier conduit par Pierre Ménard

Advertisements

Atelier d’écriture – Fond bleu piscine

Jeune Orpheline au Cimetière, Delacroix, 1824. Musée du Louvre.


Fond bleu piscine, carré blanc en écho au cadre doré

Identité limite : c’est une simple orpheline.
Suspendue à ses cimaises, surcadrée par la barrière,
Mal entourée de souffrants, naufragés, mourants.

Mais son regard de fugitive, même pas détourné.
C’est autre chose. Elle est plus que là. Elle voudrait être ailleurs.
Des croix dans le sol, mal faites, mal peintes,
Cyprès floutés à l’eau qui se diluent dans le ciel.
Un paysage qui se décompose à grands traits mous
Dans un blanc sale, désespérant.

Les yeux sans pupille, presque vers l’intérieur
Et la sclérotique immaculée ; exorbités de maladie, car de larmes on ne voit pas,
Et pourtant tournés vers le haut. Elle veut s’arracher au décor.
Elle a couru. Vêtement démis, pommettes rougies, bouche entrouverte.
C’est un regard de révolte, de défi, de colère et de vie,
Et ensemble de déréliction.

Les craquelures de la toile dessinent des marbrures prématurées sur ses tempes,
Coïncident bizarrement avec les veines bleutées que l’on voit parfois affleurer à la peau des blondes.
Petite paysanne aux tendons saillants dans le halètement de sa course. Petite piéta anonyme.

Atelier conduit par Pierre Ménard