Des vertus de l’écriture collaborative

ETHERPAD a bien des vertus, ne serait-ce pour le prof que la possibilité de jubiler le soir en constatant en temps réel que ses élèves travaillent à des choses intelligentes et stimulantes (oui, le prof a généralement cette vanité de croire qu’il fait faire des choses intelligentes et stimulantes à ses élèves, c’est un doux idéaliste…)

Il s’agit d’une page de traitement de texte en ligne, sur laquelle on invite un certain nombre de collaborateurs. Chacun se voit attribuer une couleur, et sa participation au document écrit revêtira donc sa signature, automatiquement… Voilà déjà le cancre près du radiateur qui ne peut plus se dissimuler derrière l’anonymat d’un travail de groupe auquel il n’a fait qu’amener sa somnolente présence… Il est démasqué, c’est toujours ça!
Capture d’écran 2013-02-06 à 21.07.16     (Ici une capture d’écran montrant le descriptif de bac que les élèves réalisent eux-mêmes en cours d’année, sur Etherpad.)

 

A droite, on trouve une partie chat qui permet aux élèves de discuter, se répartir les tâches, commenter le travail des uns et des autres. , un travail de synthèse sur Germinal, qui ma foi, n’a pas été un franc succès. Petit dérapage à noter, je le confesse, la partie chat a surtout servi à s’échanger des liens Youtube vers des vidéos de zouk. Ce fut en effet très instructif, ma culture musicale s’est largement étendue, une furieuse envie de rhum et de boudin m’a prise, mais le but pédagogique a été un peu loupé….

J’en ai un autre qui a mieux fonctionné! J’ai proposer aux élèves d’utiliser Etherpad pour reproduire le descriptif des textes et activités menées dans la perspective de l’oral du bac de français. A partir de ce descriptif, on a récapitulé un certain nombre de questions possibles pour la phase de l’entretien, et les élèves ont construit des réponses collectives. , un peu mieux je dirais…

Autre cas, j’ai voulu l’an dernier faire étudier La Dame aux Camélias aux Premières L, et je dois avouer que l’idée de tout relire m’a quelque peu fatiguée d’avance… Toutes ces larmes, toute cette souffrance exacerbée… Voilà…. Ou alors on peut dire que par paresse totale, j’ai voulu me contenter de lire un résumé exhumé du net. (Si, la paresse est parfois une vertu, et je m’en vais le prouver de ce pas.) Résumé que je n’ai pas trouvé. Et oui, tout n’a pas encore été fait, il reste des territoires littéraires vierges de tout passage, non foulés par des hordes de commentateurs de tout poil. J’ai donc proposé à mes élèves de combler cette lacune insupportable, et ils ont essayé ici.  J’aime bien leurs commentaires, où ils se posent ce genre de question par exemple:

Capture d’écran 2013-02-06 à 19.00.10des invitations à la relecture mutuelle

Capture d’écran 2013-02-06 à 18.58.46des interrogations sur la nature du texte qu’ils traitent

Capture d’écran 2013-02-06 à 19.02.41une belle distinction entre l’interprétation et le résumé, ainsi qu’une préoccupation esthétique légitime

 

Bref. Un outil utile. Mentionnons cependant pour conclure les deux écoles qui s’affrontent quand à l’interface à utiliser. Les réguliers se tournent vers l‘IEtherpad de l’Académie de Versailles, tandis que les francs-tireurs se revendiquent de PiratePad. Etant d’une nature conciliante et peu contrariante, j’ai essayé les deux, et je n’ai pas d’opinion, Voilà… Have fun!