Comment on monte un projet

Je suis une fervente partisane de la pédagogie de projet, j’aime l’idée que les élèves n’apprennent pas seulement à faire un commentaire littéraire ou une dissertation en cours de français, mais qu’ils aient l’impression d’avoir vécu une expérience forte avec un texte, une véritable rencontre avec un auteur, avec une pièce de théâtre. Quelque chose qui les marque, qui leur montre que la culture n’est pas un monde élitiste réservé à une aristocratie intellectuelle à laquelle ils ne se sentent pas appartenir (“Ça c’est pour les bourges”, fréquemment…). Pour ça il faut donner corps, rendre vie à ce qui sinon ne demeure que de l’autopsie littéraire: on désosse, on identifie, on pèse, on classe. Et on laisse à d’autres le soin de comprendre quelles passions ont conduit à l’acte d’écrire.

Miracle?

Bref, monter des projets. Faire venir des artistes au lycée, provoquer un échange. Tout ça ne se fait pas par miracle… Aujourd’hui, je suis partie dans la littérature numérique, avec mes élèves de Seconde. L’idée de départ vient de François Bon, qui a ouvert une partie du fonds de sa maison d’édition publie.net aux établissements publics (notamment les bibliothèques, mais aussi quelques établissements scolaires). Son opération #100bibs50epubs vise à promouvoir la lecture d’oeuvres spécifiquement numériques. Super! On va faire lire les élèves sur tablettes, et les conduire à s’interroger sur les évolutions de la lecture…

Oui mais. Il faut des tablettes.

Au moment où l’idée germe, on est en mai 2013. Je ne sais pas si les élèves qui entreront en Seconde à la rentrée seront équipés. Alors je pars en quête d’un mécène qui me doterait gracieusement d’Ipads (tant qu’à faire…) Je veux juste 60 Ipads, vu que je vais me lancer dans l’aventure avec ma collègue Aurélie G., et qu’on va faire ça avec deux classes. Après avoir agité tout mon carnet d’adresse, été envoyée d’interlocuteur en interlocuteur, en avoir profité pour renouer avec de vieilles connaissances négligées, découvert des bureaux méconnus et des services confidentiels, je finis par être aiguillée sur Creatice, une émanation du CRDP (si j’ai bien compris) qui a le mérite de prêter gracieusement des tablettes et autres matériels TICE aux enseignants. Le Graal quoi…

Oui mais. 60 tablettes, ça ne va pas être possible.

“On n’en a pas assez.” Qu’à cela ne tienne. Avec Aurélie nous nous ravisons, et nous décidons de faire le projet en différé: je prendrai 15 tablettes en janvier, elle les prendra en mars (rien n’est disponible avant, tous les Ipads sont déjà en prêt tellement y en a pas beaucoup…). On présume que certains élèves seront équipés à titre personnel, et on se dit qu’après tout, le BYOD est à la mode. Alors commence le ballet des échanges de formulaires, courriers, autorisations par voie hiérarchique avec copie-à-plein-de-monde. Je passe sur cet épisode follement épanouissant qui m’occasionne toujours beaucoup de stress puisque j’oscille généralement entre oublis, actes manqués et dernière minute compulsive… Bref, c’est réglé! (Crois-je, naïve que je suis… Rebondissement à suivre…)

Oui mais. Il faut un auteur.

Et numérique, si possible. Quelqu’un qui puisse parler de son travail avec chaleur et passion. Pour ma collègue et moi, la lecture numérique (et a fortiori l’écriture) est encore une pratique trop ponctuelle pour que nous nous lancions comme ça à l’aveuglette. Et avant même de penser à un auteur particulier, il va falloir envisager comment nous allons le payer. (Car ces gens-là ne vivent pas uniquement de littérature et d’eau fraiche, c’est fou.) Alors ouverture d’un dossier pour financer les interventions. Ça c’est bon, je sais faire. On n’aura la réponse qu’en novembre. Si on n’a pas d’auteur, et bien on s’en passera, mais bon, ça serait quand même mieux avec…

Rentrée 2014. Rebondissements.

Une des deux demandes de tablettes est passée aux oubliettes pour des raisons mystérieuses et inexpliquées encore à ce jour, nous ne pouvons donc plus compter que sur 15 tablettes pour plus de 60 élèves. Dieu merci nous avons rencontré nos élèves, et il semblerait qu’un grand nombre soit équipé à la maison. On fera avec… Quant à la demande de financement pour la venue de l’auteur, la réponse m’est donnée officieusement dans un premier temps: c’est non. Ah… 3 semaines plus tard, réponse officielle, en fait c’est oui. Aaaaaaaah!!!

Je croise les 50 ouvrages proposés par François Bon avec la liste des auteurs de la Maison des écrivains et de la Littérature, susceptibles d’intervenir. Rien ne me convient, rien ne semble fonctionner. Je jette donc l’éponge pendant 2 mois, on verra bien le moment venu…

Janvier 2014. Je rencontre Juliette Mézenc.

Par hasard lors d’une formation. J’aime la façon dont elle parle de son travail, mais aussi sa douceur et sa bienveillance, je pense qu’elle passera bien avec les élèves, c’est important. Je lui parle de mon projet, elle est partante! Mais les délais sont désormais extrêmement courts, et nos contraintes d’emploi du temps avec les élèves, inflexibles. Je croise les doigts pour qu’elle soit disponible aux dates que je lui propose, parce qu’elle a certainement d’autres projets sur le feu. Sans compter qu’elle habite Sète, et que Sète-Sarcelles, voilà… Mais Juliette est vraiment motivée et parvient à se libérer, on va pouvoir travailler avec elle, et sur SON texte en plus. Je jubile…

Alors c’est bon maintenant?

Voilà un résumé de plusieurs mois de travail pour mettre en place les conditions matérielles et concrètes du projet. Juste un petit détail. On n’a pas encore commencé à réfléchir au contenu. Ben non. Pas eu le temps… Alors qu’en fait, c’est quand même ça l’essentiel non? Que veut-on faire découvrir aux élèves? Quelle réflexion veut-on engager avec eux? Quels contenus allons-nous aborder? Quels fils allons-nous tirer et comment allons-nous faire concorder tout cela avec les Instructions Officielles?

Donc en fait, c’est maintenant que le vrai travail commence… Heureusement que toutes ces questions me passionnent AUSSI à titre personnel, parce que sinon…

Advertisements

One thought on “Comment on monte un projet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s